Pollution : 101.3 milliards d’euros chaque année en France

Pollution-de-lair

De gauche à droite : Aline ARCHIMBAUD (Écolo – Seine-Saint-Denis) ; Martial BOURQUIN (Socialiste et républicain – Doubs), vice-président ; Nelly TOCQUEVILLE (Socialiste et républicain – Seine-Maritime) ; Jean-François HUSSON (Les Républicains – Meurthe-et-Moselle), président ; Fabienne KELLER, vice-présidente ; Maurice VINCENT (Socialiste et républicain – Loire).

L’actualité de ces derniers mois a été marquée par des pics consécutifs de pollutions. Or, c’est la pollution constante qui provoque les effets les plus néfastes pour la santé et l’économie.

Rapport « Pollution, le coût de l’inaction » Juillet 2015

La commission d’enquête sénatoriale présidée par le sénateur Jean-François Husson, pousse un cri d’alarme suite à la publication de son dernier rapport intitulé « Pollution, le coût de l’inaction » le Mercredi 15 Juillet 2015, sur l’estimation de la charge économique et financière globale de la mauvaise qualité de l’air :

La pollution de l’air coûte deux fois plus à la collectivité que le tabac, soit 101.3 milliards d’euros contre 47 milliards d’euros pour le tabac.

Même si ce chiffre semble marquer les esprits, il s’agit d’un « montant à minima » précise Leïla Aïchi dans la mesure où la plupart des études se fonde sur un nombre « limité » de polluants. Cependant cette évaluation inédite intègre non seulement les dommages sanitaires de la pollution et les avantages fiscaux accordés au diesel, mais également ses conséquences sur les bâtiments, les écosystèmes et l’agriculture.

« La pollution n’est pas qu’une aberration économique, c’est aussi une aberration sanitaire », souligne les sénateurs rappelant que les principaux polluants atmosphériques (les particules fines et l’ozone) sont à l’origine de 42 000 à  45 000 décès prématurés chaque année en France.

Bronchite chronique, asthme, cancer du poumon, accident vasculaire cérébral,…Beaucoup de ces décès et des coûts associés pourraient être évités grâce à des politiques environnementales adaptées.

Voté à l’unanimité par les 17 membres de la commission, rappelant l’importance d’une fiscalité écologique et de la réorientation des subventions du diesel vers des véhicules propres, le rapport dresse une soixantaine de propositions dont notamment un alignement progressif du prix du diesel sur l’essence jusqu’en 2020.

Après la publication du document, la ministre de l’écologie, Ségolène Royal, a promis des « mesures extrêmement fermes » :
« Je vais rendre publiques les décisions que l’État va prendre. Il ne faut plus que les gens rouspètent, que les gens disent ’ce n’est pas le moment, on verra demain’. Il faut aussi que les maires des grandes villes prennent leurs responsabilités dès lors que la loi de transition énergétique va leur donner des moyens d’agir, notamment pour créer des zones de restriction de circulation ».

Lien Permanent pour cet article : http://www.vitogaz.net/pollution-cout-chaque-annee-france/